p. 86-87

Le vent

Un mirage
la chambre
Sans bruit
les autres
reculent

Le désert
qui commence
dans les poumons des morts
s'étend
Je suis allongée sur le sable

Comme mes bras et mes jambes
me sont étrangères
Comme c'est loin
marcher
saisir